|

Le Burundi prend l’élan dans sa course au développement

Pour cette année qui vient de s’écouler, le Burundi enregistre des avancées remarquables dans nombres de secteurs de la vie du pays. Avec ce rythme, le plan national de développement est réalisable d’ici quelques années.

Après la mise en place du nouveau gouvernement, le Burundi a commencé une nouvelle ère de lutter contre la pauvreté avec comme mot d’ordre : « que chaque bouche ait à manger, que chaque poche ait de l’argent ». C’est dans cette perspective qu’ont été créées les coopératives locales pour rehausser le niveau de vie du citoyen burundais ; une banque des femmes a été créée afin de permettre l’autonomisation de la femme burundaise sachant que la femme est l’un des piliers incontestables du développement. Dans cette même optique, on constate que le gouvernement burundais vient d’allouer plus de 40 milliards de francs burundais à l’unité de coordination du programme d’autonomisation économique et d’emplois des jeunes. Vu qu’une grande partie des burundais sont des jeunes, le gouvernement organise des conférences nationales de la jeunesse pour les sensibiliser, les exhorter et les encourager à mettre ensemble leurs efforts et connaissances en créant des coopératives afin de bénéficier d’un capital remboursable pour financer leurs projets.

Dans la diplomatie, le gouvernement du Burundi a entamé des discussions avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux pour renormaliser les relations diplomatiques, créer un climat d’apaisement et des relations gagnant-gagnant   tout en respectant la souveraineté et l’intégrité territoriales du Burundi. Dans cette même optique de la diplomatie active, le gouvernement ne cesse de créer de nouveaux partenariats et relations diplomatiques pour repositionner le pays sur la scène internationale. Le gouvernement ne ménage aucun effort afin d’impliquer la diaspora et de canaliser sa force pour contribuer au développement national. Signalons que la diaspora est un atout économique pour les investissements au Burundi.

Dans la lutte contre la corruption, le gouvernement hausse le ton et n’hésite pas à sanctionner tous ceux qui pourraient entraver l’économie du pays. Le mois-témoin de la collecte des impôts et taxes, et les mesures qui s’en sont suivies sont un signe éloquent de la détermination du gouvernement à éradiquer la corruption.

 Dans la gestion des entreprises étatiques et paraétatiques, on assiste à une réorganisation fonctionnelle et à une redynamisation de leurs activités.  A titre d’exemple on citerait la Regideso qui mène une lutte contre la fraude et les mauvais payeurs. Un autre exemple qui montre la bonne volonté du gouvernement à redresser ses entreprises publiques est la fusion entre AIR BURUNDI et la SOBUGEA. Toutes ces mesures visent à rendre plus productives ces entreprises dans les années à venir.

Dans le domaine agricole, les efforts du gouvernement de regrouper les agriculteurs en coopératives ont abouti à une production suffisante cette année. Le gouvernement ne s’est pas arrêté là. Il a tenu à accompagner les agriculteurs dans la protection de leur récolte et de la stabilité des prix sur le marché intérieur. A titre d’exemple le gouvernement fixe le prix du maïs et le rachète aux agriculteurs et aux coopératives pour le remettre sur le marché en cas de pénurie ou de la flambée des prix.

Pour le renforcement de la cohésion sociale, le gouvernement a adopté une politique de proximité pour toujours être auprès de la population, l’accompagner dans sa vie quotidienne et l’aider à surmonter les problèmes socio-économiques auxquels elle fait face. C’est dans cette optique que le Président a organisé une rencontre avec les principaux acteurs politiques pour leur adresser un message de meilleurs vœux. Tout ça pour servir d’exemple de la bonne cohabitation sociale qui doit régner entre la population peu importe les tendances politiques.

En effet, durant cette première année du gouvernement Responsable et Laborieux, sans doute il est remarquable que le Burundi sous la présidence de Son Excellence le Président Evariste Ndayishimiye a un avenir meilleur, c’est à nous tous, burundais d’emprunter le chemin tracé par notre gouvernement afin de développer ensemble notre beau pays Burundi comme le dit toujours notre Président « Turi Kumwe Twese Birashoboka ».

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que l’auteur.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.