|

Jeunesse burundaise, un pilier incontestable dans les nouvelles stratégies de développement du pays

Au Burundi, la majorité de la population active est composée de jeunes. Cette jeunesse représente un potentiel incontournable pour le développement du pays à tous les niveaux. Ce sont non seulement les leaders de demain, mais aussi d’aujourd’hui. Les jeunes sont des acteurs du progrès. Ils sont le pilier de la nation et la force vive du pays. Le savoir-faire qu’ils incarnent est sans égale pour changer l’avenir de la société.

Quand on analyse la situation que le Burundi a connue depuis l’indépendance jusqu’en 2005, la jeunesse n’était pas bien encadré par le gouvernement et s’ adonnait aux activités de déstabilisation du pays. Toutefois si on jette un regard dans le passé, on constate que la jeunesse, une fois bien encadrée, peut accomplir de grande chose. On citerait par exemple les jeunes indépendantistes  avec à la tête le Prince Louis Rwagasore qui ont  mené le Burundi à l’indépendance. Comme un autre exemple, on pourrait citer la jeunesse du mouvement FDD qui a contribué à la restauration de la démocratie subitement décapitée ; c’est grâce à eux que le Burundi connaît  une évolution remarquable que nous vivons aujourd’hui.

Avec l’avènement du parti CNDD-FDD au pouvoir, des efforts particuliers ont été fournis à l’endroit de la jeunesse. L’éducation et la santé pour tous a été la base de la politique du parti. Cela pour accorder à la jeunesse burundaise un bagage intellectuel lui permettant de contribuer au développement du pays. Des réformes dans le domaine de l’éducation ont été faites afin d’adapter les acquis aux réalités du moment. On citerait ici l’introduction du cours d’entrepreneuriat où les jeunes à l’école apprennent à créer des emplois.

Dans la Politique nationale de la Jeunesse 2016 – 2026 ( République du Burundi 2016a, Section 5.3), le gouvernement du Burundi s’est fixé cinq grands axes stratégiques afin de s’atteler aux principaux problèmes que rencontre la jeunesse du pays. Ces axes sont en effet: l’accès à l’emploi et au développement personnel pour les filles et pour les garçons; l’éducation des jeunes à la citoyenneté, à la paix et au patriotisme; l’amélioration de l’accès à des services de santé adaptés aux jeunes ; la participation des jeunes à la prise de décision et développement des qualités de leader et le partenariat pour la communication et coordination de l’intégration des jeunes au Fonds National d’Investissement Communal ( FONIC ).

Ayant toujours souci envers les jeunes diplômés dont le nombre  croît chaque année et du chômage des jeunes, le gouvernement a mis en place la Banque d’Investissement pour les Jeunes (BIJE) et le Programme d’Autonomisation Economique et d’Emploi des Jeunes ayant pour mission la réduction du chômage chez les jeunes ambitieux. En effet, leur raison d’être est de contribuer au financement des projets de développement des jeunes.
Le chômage est un fléau dans différents pays de la région. Il est dû en grande partie au manque des grandes entreprises qui joueraient un rôle majeur dans la création d’emploi, au manque des capitaux pour entreprendre et  à une formation  héritée de l’époque coloniale qui ne  met pas en avant l’esprit entrepreneurial. Néanmoins, les réformes dans le domaine  de l’éducation  et les fora des jeunes, menés  par le leadership du CNDD-FDD depuis 2005, commencent à donner ses fruits avec une jeunesse bien déterminée.

Afin de concrétiser son appui à la jeunesse, le gouvernement à travers le ministère ayant la jeunesse dans ses attributions, organise chaque année une retraite à l’endroit des jeunes. Le but est de leur donner des conseils et de les rassurer sur la possibilité de créer leurs propres emplois. Sous le leadership du CNDD-FDD, les jeunes ont été nommés aux différents postes du pays. Cela montre que le gouvernement du Burundi met un accent particulier sur la jeunesse.

Notons que le projet d’inviter la jeunesse à prendre son destin dans ses propres mains a été initié  par Feu Président Pierre Nkurunziza qui, dans ses projets de développement, mettait en avant les jeunes. Soulignons que l’éducation, le sport et  la culture des talents sont des sphères qui concernent en majorité les jeunes. Bref, le gouvernement a pris comme pierre angulaire la jeunesse. De nombreuses actions sont menées pour valoriser les forces qu’incarne la jeunesse dans l’optique, non seulement de lutter contre la pauvreté et le chômage chez les jeunes, mais aussi de développer le pays sur le plan économique, social et politique. Pour  parier à ce défit à  long terme, le gouvernement devrait mobiliser les grands acteurs pour créer des entreprises de production de masse et de transformation qui, par conséquent, procureraient du travail à  un nombre important de jeunes.

Les opinions exprimees dans ce contenu n’engagent que l’auteur.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.