POURQUOI L’AFRIQUE RESTE-T-ELLE SOUS DÉVELOPPÉE ?

POURQUOI L’AFRIQUE RESTE-T-ELLE SOUS DÉVELOPPÉE ?

  economie, OPINION Par NDIKUMANA Elias
Le sous-développement étant un sujet de grande préoccupation, NDIKUMANA Elias est revenu dans son article sur certaines causes du sous-développement de l’Afrique malgré la richesse de son sous-sol et les conditions climatiques favorables.

Pourquoi notre cher continent reste-il pauvre alors qu’il devrait être supposément le plus riche ?

Pour répondre à cette question, il faut bien analyser les différents problèmes qui rendent difficile l’exploitation rationnelle des richesses. Les causes sont certainement nombreuses mais l’instabilité des différentes institutions africaines reste la plus conséquente car il s’avère difficile dans ces conditions à un gouvernement d’élaborer un programme durable visant l’exploitation des ressources. Certes, la plupart des pays africains et même l’union africaine tentent dans nos jours de trouver des solutions à ce défi mais il y a à se poser la question si on pourra aboutir à une bonne solution.

La principale cause de l’instabilité politique.

Depuis l’accession à l’indépendance, on assiste à des conflits répétitifs dans pas mal de pays africains. Certes qu’il y a une cause qui serait à la base de ces conflits politiques et selon mon point de vue, les conflits qui s’opèrent dans les pays africains sont en grande partie alimentés de l’autre côté de notre planète.

Comme on le sait déjà, certains pays colonisateurs, en s’appuyant sur leur principe de diviser pour régner, ont commencé à créer des problèmes entre les peuples afin d’accomplir leur mission de s’approprier des richesses africaines.

Il ne nécessite pas d’être un très bon historien pour savoir que l’indépendance des pays africains fut acquise au détriment des colonisateurs après une résistance passive ou active. Conséquemment, ils veulent jusqu’à nos jours garder une main mise sur l’Afrique au lieu de laisser les pays africains gérer souverainement leurs affaires internes. Chaque fois qu’ils remarquent un système politique qui leur semble défavorable pour accéder aux ressources africaines, ils essaient de l’étouffer par divers moyens en vue d’un changement de régime : instauration des sanctions économiques sous prétexte de non-respect de droits de l’homme et des principes démocratiques, recours à la pression diplomatique à travers des résolutions politiquement motivées, création et financement des mouvements armés, harcèlement médiatique, pour ne citer que cela.

Les conditions climatiques sont-elles à la base du sous-développement en Afrique?

Comme partout ailleurs sur notre planète, l’Afrique fait face à des changements climatiques qui parfois deviennent cause à des sérieux problèmes. Mais de façon globale, si on essaie de comparer, c’est en Afrique où les conditions climatiques sont favorables aux différentes activités humaines par rapport au reste du monde. L’un des défis auquel l’Afrique est confrontée est le manque de moyens techniques et technologiques afin de mener des prévisions fiables pouvant permettre une bonne productivité agricole, la prévention de catastrophes naturelles et une bonne orientation des politiques sectorielles (santé, administration des terres, constructions, etc.).

Tenant compte de l’importance des prévisions fiables dans les différents secteurs, les pays africains devraient investir dans ce domaine vu même que de nos jours le changement climatique s’avère inévitable. Les investissements devraient se faire sous divers angles entre autres dans la mise en place des nouveaux instruments météorologiques qui permettraient de recueillir des données nécessaires pour une bonne prévision, dans la formation du personnel qualifié dans ce domaine et dans la mise en place d’une politique visant l’éradication des pratiques susceptibles d’accroître la pollution de l’atmosphère.

En somme, pour faire face aux défis qui hantent notre continent, les africains devraient essayer de trouver des solutions africaines aux problèmes africains et surtout de ne pas attendre des solutions qui proviennent de l’extérieur. Comme le sous-sol de la plupart des pays africains regorge d’immenses ressources naturelles, il est donc important que les orientations politiques en la matière puissent internaliser l’exploitation et la gestion rationnelles de ces ressources afin de garantir le développement durable du continent. L’implication de tous les groupes socio-économiques serait nécessaire afin d’aboutir à une réalisation effective des objectifs du développement durable. Le développement ne peut être atteint que si l’ensemble des acteurs de la société (les entreprises privées, publiques, les associations, les ONG, les syndicats et les citoyens.) agisse en commun.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de son auteur.

3 Comments

Nsengiyumva Desire

Reply

Merci pour l’article Mr Elias.

 

Noël Ntawuh

Reply

Merci de cette bonne information

 

KARIKUMUTIMA JEAN

Reply

Komera Bwana Elias.
En fait,tout a été dit,seulement, je peux aussi ajouter qu’il faut que nous africains, on doit déceler et rejeter les enseignements divisionnistes anciens et nouveaux des colons.
Nous devons également cesser les jalousies et rapatrier la main d’œuvre qualifiée qui après formation préfère rester à l’étranger. Pour encourager, cette dernière, il est évident qu’on doit revoir la politique salariale. Et,chez nous au Bdi,le train est en marche.Cependant,le plus important, c’est le PATRIOTISME de tous les fils et filles africains.

 

Envoyer un commentaire