L’implication citoyenne dans la lutte contre la corruption

L’implication citoyenne dans la lutte contre la corruption

  economie, OPINION Par VYUKUSENGE Augustin
La corruption est l’un des facteurs qui font obstruction au développement économique d’un pays. Elle affecte d’une manière directe et indirecte chaque citoyen. Après débat sur ce sujet au sein des membres de la section du parti CNDD-FDD en Russie, Vyukusenge Augustin dans son article est revenu sur ce que peut être l’apport de chaque citoyen dans la lutte contre la corruption et les préalables pour que cette participation citoyenne puisse avoir un impact positif.

source de l’image: www.dailyexcelsior.com

Dans notre pays, il n’est pas rare que la corruption soit pointée du doigt comme un des facteurs responsables de certains disfonctionnements d’un tel secteur de la vie du pays. Les récentes dénonciations du ministre de l’énergie et des mines contre les responsables de la REGIDESO en est un des exemples probants. La commission permanente parlementaire, dans son rapport en 2017, a affirmé que des cas de corruption sont bien réels en témoigne de nombreux dossiers de corruption qui étaient déjà en instructions.

La corruption requiert une quasi-unanimité aussi bien des autorités administratives, des responsables politiques que la population comme un véritable fléau qu’il faut combattre car étant préjudiciable au développement économique, politique et social d’un pays. Dans son discours à l’occasion du lancement des travaux de la semaine dédiée à la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption Edition 2012, Son Excellence le Président de la République a ainsi décrit la corruption : «la corruption est un véritable fléau auquel sont confrontés tous les Etats et peuples du monde. Elle annihile les efforts pour atteindre les Objectifs du Développement pour le Millénaire, mine la démocratie et l’Etat de droit, favorise le crime organisé et le terrorisme, conduit enfin aux violations des droits de l’homme ainsi que d’autres graves menaces contre la sécurité des Etats et des citoyens». Dans un point de presse en 2016, la Ministre ayant la justice dans ses attributions déplora l’existence de certains magistrats corrompus jusqu’au sein de la cour anti-corruption et décrivant la corruption comme une maladie dont la vitesse de contamination est comme une fonction exponentielle.[1]

De cela, il en découle qu’une lutte active contre ce phénomène doit requérir un caractère urgent et interpeller chaque citoyen du pays. Il se remarque une volonté manifeste des hautes autorités du pays dans le combat contre la corruption par leurs appels à l’engagement citoyen dans cette lutte. On peut citer les différents discours du chef de l’Etat où la tolérance zéro contre la corruption revient souvent et les récents appels du Secrétaire Général du CNDD-FDD aux membres du parti de faire le leur le combat contre la corruption.

Dans cette volonté d’en finir avec la corruption, le gouvernement a mis en place des instruments juridico-administratifs nécessaires entre autre : la cour anti-corruption, le Parquet général près ladite cour, la Brigade spéciale anti- corruption, et les différentes lois de prévention et de répressions de la corruption et des délits connexes. Néanmoins, pour une lutte efficace un travail en synergie entre les différentes institutions s’avère indispensable et un apport de la population revêt un caractère non négligeable.

Pourquoi l’engagement citoyen devrait être primordial dans la lutte contre la corruption.


Les conséquences de la corruption touchent directement ou indirectement chaque citoyen en général et la jeunesse en particulier. Et pour mieux comprendre les méfaits de la corruption, citons certains exemples illustrant bien qu’est-ce que c’est corruption ?

La corruption, ce sont ces vies fauchées par des infrastructures publiques mal exécutées (routes, hôpitaux, écoles, ponts, etc.) car l’attribution du marché a été émaillée de tricherie et s’écroulent après une si courte période, ces constructions inachevées de telle ou telle autre infrastructure.  Ce sont ces accidents routiers qui emportent des vies car le contrôle technique des véhicules a été entaché d’irrégularités, l’obtention frauduleuse des documents de conduire. Il s’agit de ces entreprises qui tombent en faillite suite aux malversations et dont le licenciement du personnel fait gonfler le taux de chômage. Ce sont ces services refusés au petit citoyen pour manque d’un pot de vin. La corruption, ce sont ces investissements qui fuient, ce sont ces jeunes dont les efforts entrepreneuriaux sont entravés, étouffés dans l’œuf. La corruption, ce sont tous ces produits de mauvaise qualité dont le processus de certification ou d’octroi de licence n’a pas suivi le cadre réglementaire. La corruption, c’est mettre en avant le clientélisme au détriment des compétences et de l’intégrité ce qui se répercute sur les performances du secteur concerné. La liste n’est pas exhaustive, mais les exemples ci-haut cités montrent clairement que la corruption peut avoir des effets dévastateurs sur notre quotidien. D’où la nécessité de l’implication citoyenne dans la lutte de contre la corruption.

Cependant, pour que l’apport de la population puisse avoir un impact positif et contribuer dans l’éradication de la corruption, les efforts du gouvernement restent nécessaires dans la mise en place et le suivi des stratégies appropriées conformes aux réalités de notre pays.  Ces efforts devraient être centrés sur la conscientisation et la sensibilisation de la population sur la corruption et ses méfaits, la vulgarisation des textes et lois de prévention et de répression de la corruption et les infractions assimilées. La mise en place d’un système adéquat d’alerte et de dénonciation des cas de corruption suivant une procédure qui garantira la sécurité et l’anonymat du lanceur d’alerte ou du dénonciateur, et des moyens efficaces de recueillir , centraliser et traiter les informations reçues. Cet aspect est très important car l’ignorance des possibilités d’alerte ou de dénonciations et la peur des représailles des corrompus réduisent la marge de l’implication de la population dans la lutte contre la corruption, et cette dernière finit par s’habituer et par conséquent la corruption devient comme une pratique acceptée et normale. L’interaction avec la population peut permettre non seulement de lutter efficacement contre la corruption mais également d’entretenir et de sauvegarder des liens de confiance entre le gouvernement et la population qui l’a mis en place.

Les partis politiques devraient prendre aussi le devant dans ce processus et s’approprier cette lutte. Il se remarque que les partis politiques surtout le parti ayant le pouvoir bénéficient d’une grande influence sur la société qu’ils peuvent l’utiliser dans l’éducation de leurs militants depuis les cellules de base jusqu’aux cadres, leur apprendre les valeurs patriotiques y compris la lutte contre la corruption. Cela constituera un appui énorme aux efforts du gouvernement dans sa politique de la Tolérance zéro contre la corruption.

Les sanctions comme moyen de prévention.


En plus de l’éducation, la lutte contre la corruption doit se baser sur la prévention et les sanctions. La prévention serait la meilleure solution souhaitable partant même sur cette sagesse « qu’il vaut mieux prévenir que guérir ». D’où la nécessite de la mise en place des mécanismes et des stratégies qui permettront de prévenir et contenir les cas de corruption avant que cette dernière soit commise. Les sanctions pour les cas avérés de corruption constituent une arme de dissuasion majeure et peuvent contribuer à réduire considérablement voire éradiquer définitivement ce fléau. Pour ce, les instances de lutte contre la corruption doivent se montrer efficace et bénéficier d’un soutien sans faille du gouvernement et de la société. Au Singapour, le pays connu pour ses miracles économiques et réputé pour son combat réussi contre la corruption, la sévérité des peines pour corruption est l’une des raisons pour laquelle la corruption a été presque maîtrisée. La stratégie mise en place axée sur trois points qui sont : exclusion de l’appareil d’Etat les fonctionnaires corrompus, simplifications des procédures administratives et les sanctions plus sévères pour les corrompus et ceux qui proposent des pots-de-vin a été couronnée de succès et peut aussi nous inspirer.

Ainsi, la lutte contre la corruption revêt une importance stratégique dans le développement économique du pays. Certaines solutions qui peuvent être envisagées pour la contenir : Une inspection transparente et objective des fonctionnaires par leur chef hiérarchique ; une introduction des systèmes de contrôles improvisés et un suivi-évaluation régulier ; un système d’interaction avec la population pour dénonciation des actes ou tentative de corruption ; un renforcement du système judiciaire pour en finir avec la culture d’impunité ; une promotion de la compétence et la méritocratie dans les recrutements.

En somme, pour une victoire totale contre la corruption, l’amour de la patrie, l’honnêteté, l’intégrité et l’incorruptibilité doivent être la norme pour chaque patriote qui se respecte et la déviation à cette norme devrait être condamnée et sévèrement punie.
Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de son auteur.

Envoyer un commentaire